Mémoire de fin d’études

Dernière mise à jour le

4- Évaluation des usages et effets des TIC sur l’éducation

< 3- Une remise à niveau s’appliquant à plusieurs domaines - Sommaire - Conclusion >

Plusieurs études montrent que le développement des TICE atteint aujourd’hui un niveau globalement satisfaisant. (Ministère de l’Éducation nationale, 2006) Présentes aux différents niveaux d’enseignement, les TIC tiennent une place croissante tant dans les disciplines que dans les dispositifs transversaux.

L’utilisation des TICE dans les processus d’enseignement

Les objectifs des TICE

Les TIC se développent correctement en France avec une moyenne, en collège, de 8,1 élèves par ordinateur (Ministère de l’Éducation nationale, 2009) contre 9,3 dans les autres pays de l’Union Européenne (Inspections générales, 2007) [1].

Au-delà des objectifs matériels, des objectifs pédagogiques peuvent être tirés de cet équipement en TICE. D’après la Direction de l’Évaluation et de la Prospective (DEP) du ministère de l’Éducation nationale, les objectifs les plus communément assignés à l’utilisation des TIC sont :

  • Développer l’autonomie et accroître la motivation des élèves
  • Conforter les apprentissages

Par l’utilisation raisonnée des TIC, les établissements d’enseignements secondaires souhaitent accroître l’autonomie des élèves, les familiariser au monde de demain et renforcer leur motivation.

Ces objectifs sont menés par diverses actions dépendantes des disciplines enseignées au collège. Toutes les disciplines sont susceptibles de tirer profit d’un accès au réseau de l’établissement et à Internet, de l’usage d’un vidéoprojecteur ou d’un TBI, de la salle informatique ou de l’espace multimédia du CDI.

Exemples d’usages dans les disciplines

L’utilisation des ordinateurs et des ressources numériques s’est développée dans toutes les disciplines, avec des spécificités qui sont liées aux objectifs des programmes et aux supports disponibles.

L’usage des TICE permet une implication personnelle des élèves dans des activités variées. Ils deviennent donc acteurs de leur formation et n’en sont que plus motivés et attentifs. Les élèves peuvent être engagés dans des usages :

  • individuels : poursuivre une progression, remédier à une difficulté
  • collectifs : sens des responsabilités, travail en équipe

Seule une utilisation directe par les élèves leur permettra d’acquérir la maîtrise des TIC qui constitue une des exigences du socle commun de compétences. Cette maîtrise est progressivement validée par les professeurs dans le cadre des activités qu’ils organisent, à travers les différents items du B2i, requis pour l’obtention du Diplôme National du Brevet depuis la session 2008.

Arts plastiques

L’art visuel est une discipline exclusivement pratique. L’utilisation d’un matériel informatique associé à un matériel vidéo peut permettre diverses activités :

  • Création d’images (créations directes, retouches de photos, montages vidéo,…)
  • Culture artistique et recherche documentaire

Plusieurs logiciels spécifiques sont installés sur les postes :

  • Gimp
  • Photofiltre
  • PaintShop Pro
  • Google Sketchup
  • Pinnacle Studio
  • VirtualDub
Éducation musicale

Une configuration matérielle intéressante serait de relier les divers équipements sonores (chaîne Hi-fi, piano numérique, micro) avec un ordinateur. Si les supports gravés contenant du son et/ou de l’image sont depuis longtemps utilisés par les professeurs et les élèves, la multiplication des ressources en ligne ouvre de nouvelles perspectives. On peut faire écouter par un simple clic différents types de fichiers sons ou accéder à des extraits sonores instantanément.

Avec des séquenceurs, il est possible de montrer aux élèves les différents plans sonores d’une œuvre musicale : son orchestration, sa structure…

Les élèves peuvent apprendre à faire des montages sonores, créer des sons et mélodies. Des casques permettent aux élèves d’écouter leur montage au fur et à mesure du projet.

Histoire Géographie

Les programmes d’histoire géographie font explicitement référence à l’usage des TICE. Il est notamment précisé que « les TIC doivent, chaque fois que possible, être mises à contribution pour conduire la recherche, l’exploitation et le travail critique sur les documents ». (Ministère de l’Éducation nationale, 2008)

Les ressources en histoire ne manquent pas sur Internet, grâce à des encyclopédies en ligne ; le collège permet en outre un accès à Universalis Junior en ligne dans le cadre de l’ENT.

En géographie, les élèves utilisent couramment les Systèmes d’Information Géographiques (SIG) comme les cartes routières en ligne, les images satellitaires… L’utilisation de Google Earth est également répandue.

Les manuels numérisés, voire numériques et interactifs, permettent une nouvelle approche de la discipline. Les séquences d’animations affichées sur un TBI attirent beaucoup plus l’attention des élèves.

Langues vivantes

L’apprentissage des langues vivantes est favorisé par l’écoute de documents audio ou audio-visuels disponibles sur Internet. L’élève est ainsi familiarisé avec des voix et des accents différents, ainsi que des débits authentiques. L’élève peut également s’enregistrer afin de comparer sa prestation avec un document sonore, écrire des textes ou entrer en contact avec des élèves étrangers (utilisation de la messagerie électronique ou de la webcam pour les visioconférences).

L’usage d’outils nomades comme les baladeurs, mis à disposition des élèves, leur permet d’emporter chez eux les fichiers sons et de prolonger leurs activités hors du temps scolaire. Cette nouvelle méthode s’appelle la « balado-diffusion ».

Grâce à un vidéoprojecteur et des caissons sonores, le professeur peut exploiter toutes sortes de documents authentiques (sons, images, vidéos) et actuels (presse écrite, radiophonique et télévisée).

Plusieurs items du B2i peuvent être évalués grâce à l’utilisation des TICE en langues vivantes. En particulier dans le domaine de la communication (domaine 5).

Mathématiques

Les mathématiques permettent aisément d’intégrer les TICE dans leur apprentissage. Grâce à des logiciels de géométrie dynamique, les élèves entrent dans une démarche d’investigation, en déléguant les calculs au logiciel. Ils peuvent ainsi identifier un problème, expérimenter des résolutions, conjecturer un résultat, bâtir une argumentation, contrôler les résultats obtenus et évaluer leur pertinence.

Les TICE permettent donc de développer l’autonomie et la prise d’initiative des élèves.

Les professeurs de mathématiques utilisent fréquemment les TBI. Ces outils leur permettent de faire travailler une classe sur la résolution d’un problème en réalisant en temps réel leurs propositions, en revenant en arrière en cas d’erreur ou d’oubli. Ils permettent également de faciliter le travail de correction d’un devoir en affichant la copie d’un élève.

L’utilisation de tableur, pour les graphiques ou les statistiques, permet aux élèves de valider les items du B2i correspondant au traitement des données (domaine 3).

Sciences expérimentales

Qu’il s’agisse des Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) ou de la physique chimie, les TICE peuvent permettre les utilisations spécifiques suivantes :

  • faire des recherches sur Internet pour compléter les observations faites au même moment sur le réel
  • utiliser des capteurs d’Expérimentation Assistée par Ordinateur (ExAO) et imprimer des résultats
  • exploiter des bases et traiter des données
  • visualiser des images satellites ou des photographies aériennes

Pour les élèves, l’utilisation d’un tableur, l’acquisition et le traitement informatisé des données expérimentales, la numérisation et le traitement des images, la simulation d’expériences, la recherche en ligne et la réalisation de comptes rendus illustrés doivent être mis en œuvre régulièrement.

Technologie

Les TICE sont particulièrement utilisées en technologie. Les élèves sont confrontés à plusieurs activités :

  • Réalisation de pages de garde (formation à l’utilisation des logiciels de traitement de texte)
  • Conception de dossiers (expérimentations, recherches documentaires)
  • Utilisation de logiciels de Conception Assistée par Ordinateur (CAO) comme AutoCAD, SolidWorks, Google Sketchup (réalisation de bâtiments en 3D)

L’utilisation de Charlyrobot (fraiseuse numérique permettant les usinages en 3D) nécessite l’emploi de logiciels de Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO) comme Charlygraal. Les élèves acquièrent ainsi les connaissances nécessaires pour valider l’item du B2i « Je sais utiliser un outil de simulation (ou de modélisation) en étant conscient de ses limites » (domaine 3).

Les usages hors de la classe

L’utilisation pédagogique des TIC en dehors de la classe est nécessaire pour la pleine maîtrise des outils par les élèves. Ce sera par exemple le cas dans des travaux transversaux comme les IDD.

Les élèves seront régulièrement confrontés à des activités :

  • de recherche documentaire afin d’acquérir une méthodologie et un esprit critique vis-à-vis des résultats qu’ils peuvent trouver
  • de production de documents
  • d’entraînement sur des exercices interactifs propres à une discipline, qui leur permettent d’aller plus loin ou pour un suivi individualisé

En dehors de la classe, différents lieux de l’établissement sont particulièrement concernés par l’usage des TICE.

Le Centre de Documentation et d’Information

Le CDI est un véritable centre multimédia destiné aux élèves et à leurs professeurs. L’élève apprend à devenir autonome et à développer son esprit critique afin de ne pas confondre information et connaissance. Pour la recherche documentaire, il apprendra à :

  • Interroger des bases de données locales (BCDI) ou en ligne
  • Traiter l’information et la comprendre
  • Produire des documents numériques grâce aux logiciels de traitement de texte
La vie scolaire et le foyer des élèves

Comme les TIC deviennent un outil quotidien de la formation des élèves, il est important de mettre à disposition des points d’accès « libres » en dehors des heures de cours. Cela permettra également à ceux ne disposant pas d’équipement personnel d’avoir accès à ces outils et donc de favoriser l’égalité des chances face au numérique et d’éviter la « fracture numérique ».

Grâce au cahier de textes en ligne, les élèves peuvent ainsi retravailler certains points du cours ou s’améliorer dans certains domaines.

La subsistance de freins à la généralisation des TICE

Comme le précise la loi d’orientation, la maîtrise par l’ensemble des jeunes des TIC fait maintenant partie des objectifs fondamentaux assignés à l’Éducation nationale. Cependant, certaines faiblesses subsistent et freinent la généralisation de l’usage des TICE.

Équipements et produits inadaptés

La fiabilité et la disponibilité des équipements et des services numériques sont aujourd’hui des enjeux majeurs si l’on souhaite développer l’utilisation des TICE.

Malgré une baisse notable du nombre d’élèves par postes [2], la difficulté d’accès au matériel reste un facteur limitant. Cette difficulté n’est pas exclusivement due à un nombre insuffisant de machines, mais également à l’implantation des matériels :

  • Le regroupement des machines dans une salle multimédia présente l’avantage de pouvoir répartir les élèves en binôme sur les postes, ce qui ne serait pas possible dans une salle de cours banalisée par manque de place. En revanche, cela oblige les enseignants à s’inscrire dans une mécanique complexe de réservation de salle et de déplacement de classes que ne peuvent parfois pas justifier les quelques minutes d’utilisation des TICE dans la séquence pédagogique.
  • La répartition du matériel dans les salles banalisées permettrait d’y accéder plus facilement pendant un cours, mais se limiterait à un nombre restreint d’utilisateurs. De plus, toutes les salles ne peuvent pas encore être équipées, ce qui pourrait pénaliser certains élèves.

Une telle implantation des matériels implique une absence de garantie de pouvoir utiliser les ressources au moment où le besoin s’en fait sentir.

À cela s’ajoute les indisponibilités temporaires pouvant survenir en cas de panne de machines et du réseau, surtout si aucune assistance professionnelle et réactive n’a été prévue [3].

Le marché des logiciels éducatifs est également une barrière au développement de l’usage des TICE. La durée de vie incertaine des programmes des disciplines et l’engouement non garanti des professeurs justifient parfois l’hésitation des éditeurs privés à s’engager dans cette voie. Dans les secteurs mal fournis en ressources numériques, l’État doit régulièrement contribuer à ces développements. C’est pourquoi le réseau Services Culture, Éditions, Ressources pour l’Éducation Nationale – Centre National de Documentation Pédagogique (Scérén-CNDP) joue le rôle d’éditeur public. (Ministère de l’Éducation nationale, 2006)

Inconfort technique et pédagogique

L’inconfort technique peut être expliqué par plusieurs composantes. Tout d’abord l’entretien insuffisant du matériel entraîne un manque de fiabilité, des pannes aléatoires. Le professeur se retrouve alors confronté à un manque d’assistance réactive. Outre la perte de temps difficilement conciliable avec la lourdeur des programmes, le temps de résolution est souvent facteur d’agitation dans la classe.

Par ailleurs, une demande récurrente de formation de la part des professeurs a abouti à une mise en place de formations en interne [4] ou dans le cadre du PAF. Néanmoins, l’absence d’assistance, d’accompagnement et de suivi sur l’usage des TIC empêche une mise en confiance et démotive les professeurs qui se retrouvent en position d’infériorité face à des élèves ayant parfois une meilleure maîtrise de ces technologies.

Les nouveaux enseignants reçoivent une formation à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM). Ils doivent être capables de valider les compétences requises par le C2i. En revanche, les enseignants plus anciens se retrouvent déstabilisés par les nouvelles méthodes d’enseignements portées par les TICE, les changements de conditions d’enseignement et d’objectifs. Bien que parfois volontaires, ils sont souvent catégorisés comme réticents.

Convaincre de la plus-value

Certains professeurs se posent encore la question de l’efficacité des TICE dans leurs habitudes d’enseignement. Même lorsqu’elles sont présentes dans les programmes et que leur utilité est relayée par les corps d’inspection, certains professeurs préfèrent conserver un enseignement plus traditionnel [5].

Pour l’ensemble des professeurs, il semble évident que le temps et la difficulté de préparation de séquences pédagogiques avec usage des TICE ne se justifient qu’avec l’amélioration de la réussite des élèves ou, a minima, par une facilitation de l’acte d’enseignement.

De leur côté, les élèves sont des utilisateurs réguliers des TIC à leur domicile, pour des activités ludiques (réseaux sociaux, jeux vidéo,…). L’École est là pour les amener à y trouver un autre intérêt : les TIC ne sont pas à considérer uniquement comme une distraction, mais aussi comme un outil de travail à fort potentiel.

Les élèves sont rarement réticents aux activités organisées grâce à l’usage des TIC, si elles sont interactives et qu’ils ressentent une qualité technique et visuelle. Les outils à leur disposition leur permettent une individualisation de l’enseignement avec des exercices en fonction des besoins, de difficultés croissantes, où ils peuvent avancer à leur rythme. Les élèves eux-mêmes sont conscients de l’acquisition de leur autonomie face aux TICE.

Les parents quant à eux, aiment trouver des informations précises et actualisées concernant la scolarité de leurs enfants telles que les notes et le cahier de textes, mais aussi l’emploi du temps, le suivi des absences et les actualités de l’établissement [6].

D’après les statistiques de fréquentation de l’espace parents de PRONOTE depuis la rentrée 2010, les pages les plus visitées concernent de très loin les résultats (56 % de la fréquentation), suivi du cahier de textes (19 % de la fréquentation).

Mais le principal problème est plutôt l’inégalité d’accès, pour des raisons sociales ou géographiques [7].

Implication inégale de l’encadrement et enjeux non maîtrisés

L’implication de l’encadrement (corps d’inspection, chefs d’établissement et leurs adjoints) dans le développement des TIC joue un rôle majeur, que ce soit en termes d’incitation, d’impulsion, d’organisation ou d’évaluation.

Au-delà des enjeux pédagogiques, de vrais enjeux de société, tant dans la modernisation du système éducatif que dans la préparation des élèves à une vie sociale et professionnelle largement concernée par les TIC, restent trop souvent inaperçus.

Le XXIe siècle est marqué par la révolution du numérique et de la communication. Or, l’accès à ces ressources et services n’est pas encore acquis partout et pour tous. Il est donc important de prendre en compte les familles non équipées et de pallier ce manque pour une égalité des chances des élèves face au numérique.

Les effets de l’usage des TICE

Sur les pratiques enseignantes

Dans l’établissement, la collaboration se développe, au sein des pratiques innovantes faisant usage des TIC, entre enseignants de même discipline. L’utilisation des TIC donne également lieu à de nouveaux échanges entre les établissements, à travers des sites ministériels ou académiques [8]. Il est également courant de retrouver les travaux numériques proposés par des professeurs sur les sites Internet des établissements [9]. Ces échanges permettent aux professeurs d’améliorer quotidiennement les supports mis à disposition des élèves.

Le rôle de l’enseignant évolue lorsqu’il encadre une séance de cours grâce aux TICE :

  • Il devient la « personne ressources », qui ne détient pas toute la vérité et développe chez les élèves le besoin d’aller rechercher de l’information ailleurs qu’en passant inlassablement par le professeur.
  • Il prend également le rôle de « tuteur » auprès des élèves, seuls ou en groupes, en suggérant des activités diverses selon les besoins de chaque élève.

Le professeur n’est plus devant le tableau, au centre de toute l’attention, il peut passer parmi les élèves qui sont face aux les écrans. La distanciation par rapport à l’enseignant et au savoir tend à faire baisser les tensions inhérentes à une telle situation de transmission, sans pour autant remettre en cause la relation enseignant-élève. Sortis du cadre habituel de la salle de classe, les échanges entre les élèves et le professeur sont favorisés. Une séance de cours au CDI aura forcément une atmosphère différente, en raison de la disposition spatiale, de la présence des documentalistes et d’élèves d’autres classes.

Sur le comportement et les performances des élèves

L’utilisation des TIC aide à renforcer la motivation des élèves en rendant l’apprentissage plus attrayant. Le cadre différent et les méthodes innovantes sont certainement des points positifs pour les élèves. Le travail d’équipe est également développé lorsque les élèves travaillent en binôme devant les ordinateurs.

Grâce à une plus grande liberté dans l’organisation de leur travail personnel, les élèves deviennent plus autonomes. Leurs responsabilités se trouvent également accrues et ils deviennent acteurs de leur apprentissage grâce aux outils de simulation qui leur permettent de tester directement les idées de chacun. L’intérêt des élèves est donc stimulé par un apprentissage plus actif.

Pour les élèves en difficultés, l’acquisition de compétences techniques peut cependant également être un handicap supplémentaire, mais l’élève pouvant avancer à son rythme, il reçoit une formation individualisée qui peut l’aider à reprendre confiance.

Finalement, l’impact des TIC sur les élèves semble pouvoir davantage être mesuré en termes d’amélioration des comportements, due à l’intérêt que les élèves portent à la tâche à effectuer, qu’en termes d’acquisition de nouvelles connaissances.

Des indicateurs engageants

Au niveau national

Le ministère de l’Éducation nationale publie tous les ans les Repères Et Références Statiques sur les enseignements, la formation et la recherche (RERS).

Un premier volet reprenant les réponses à une enquête annuelle permet d’obtenir des statistiques sur l’équipement à usage pédagogique de 3 883 collèges publics en France métropolitaine et DOM. Le second volet reprend les services proposés par ces mêmes établissements. Ces statistiques sont comparées avec la situation du collège Émile Zola en septembre 2009 puis en septembre 2010.

  Nombre d’ordinateurs recensés Nombre moyen de vidéoprojecteurs Nombre moyen de TBI Nombre moyen d’élèves par ordinateurs % d’établ. ayant un projet comprenant un volet TIC Nombre moyen d’enseignants impliqués dans la validation du B2i
National 191326 5,1 0,6 8,1 76,6 10,4
É. Zola 09 74 7 0 7,8 Oui 9 (sur 43)
É. Zola 10 90 27 3 6,4 Oui 39 (sur 45)

Statistiques sur l’équipement à usage pédagogique dans les collèges

  % d’établissements ayant accès à Internet pour des usages pédagogiques % d’établissements utilisant un dispositif de protection des réseaux % d’établissements disposant d’une charte de bon usage d’Internet [10] % d’établissements utilisant un dispositif de filtrage et/ou de contrôle a posteriori des sites visités
National 99,3 95,3 86,5 89,0
É. Zola 09 Oui Oui Non Oui
É. Zola 10 Oui Oui Oui Oui

Statistiques sur l’accès à Internet et sa sécurité dans les collèges

  Une messagerie interne Un site Web Internet Un site Web Intranet Un espace de travail numérique Informations de vie scolaire accessibles en ligne
National 40,0 65,3 36,4 40,7 23,4
É. Zola 09 Non Oui, non représentatif Non Oui Non
É. Zola 10 Oui Oui Non Oui Oui

Statistiques sur les services proposés par les collèges

  Notes Absences Emploi du temps Cahier de textes de la classe Carnet de correspondance des élèves Agenda de l’établissement Autres
National 27,6 16,8 22,1 19,8 1,7 30,8 28,0
É. Zola 09 Non Non Non Non Non Non Non
É. Zola 10 Oui Oui Oui Oui Non Oui Oui

Statistiques sur les informations de vie scolaire [11] fournies par les collèges

Ces statistiques mettent en évidence que le collège Émile Zola est mieux équipé que la moyenne nationale. Les services proposés correspondent aux attentes puisque seuls le site Intranet et le carnet de correspondance des élèves en ligne sont manquants.

Cependant, les résultats obtenus par le collège restent en-dessous des recommandations fournies pour un collège de 600 élèves (Rectorat de Toulouse, 2010). Il est ainsi préconisé l’équipement de 195 ordinateurs à usage pédagogique, avec 27 vidéoprojecteurs et 6 TBI, soit un ratio de 3,1 élèves par ordinateur.

Au niveau local

D’autres statistiques intéressantes ont été récupérées localement et permettent de constater l’influence des innovations techniques mises en place dans l’établissement.

Consultation de PRONOTE

Les statistiques de fréquentation des différents espaces de PRONOTE permettent d’obtenir de bons indicateurs. Tout d’abord, du côté des professeurs, alors qu’ils se sont tous déjà connectés à partir du logiciel client, très peu utilisent le service en ligne, moins complet. Seuls 17 professeurs sur les 45 s’y sont déjà connectés au moins une fois.

Viennent ensuite les élèves, beaucoup plus demandeurs. Eux n’ont pas de client, uniquement l’interface en ligne. Au 30 octobre 2010, 508 élèves sur les 578 de l’établissement (soit 87,9 %) s’y sont déjà connectés au moins une fois. Les élèves ont totalisé 5 250 connexions entre le 14 septembre et le 30 octobre 2010. Ce nombre montre à la fois un grand intérêt pour les outils mis en place, mais laisse supposer que certains élèves n’ont pas accès à Internet de leur domicile, puisque 70 d’entre eux ne se sont jamais connectés. L’enquête en cours à destination des familles devrait bientôt confirmer cette hypothèse.

Les élèves se connectent principalement en semaine avec des pics allant jusqu’à 211 élèves connectés par jour. Leur intérêt se porte essentiellement sur leurs résultats (48 % de la fréquentation) et le cahier de textes de la classe (27 % de la fréquentation).

Pour finir, les parents sont également investis dans la scolarité de leurs enfants. Le portail n’a été disponible qu’à partir du 9 octobre 2010 et 320 parents se sont déjà connectés au moins une fois sur les 930 responsables légaux ayant reçu leur identifiant (soit 34,4 %). Cette différence de fréquentation entre les espaces élèves et parents vient sans doute de l’utilisation unique des identifiants des élèves, plus simples à retenir (par défaut, la date de naissance de l’élève). Ces 320 parents ont tout de même totalisé 919 connexions entre le 9 et le 30 octobre 2010. Les parents consultent essentiellement les résultats de leurs enfants (56 % de la fréquentation) et le cahier de textes (19 % de la fréquentation).

Tant pour les espaces élèves que parents, les diagrammes de connexions journalières montrent une nette diminution des consultations pendant les vacances scolaires.

Fréquentation du site de l’établissement

En plus des informations pratiques relativement figées dans le temps, le nouveau site de l’établissement permet de tenir informés tous les acteurs du collège (parents, élèves, professeurs, personnels, tutelles, visiteurs) des actualités de l’établissement.

Depuis son lancement début septembre, le nombre de visites et de visiteurs uniques ne cesse de croître. L’architecture du site permet aux visiteurs de trouver rapidement l’information qu’ils cherchent et implique une diminution continue du nombre de pages consultées par visite (3,81 au lancement, contre 2,67 au 24 octobre 2010).

Statistiques de fréquentation du site du collège Émile Zola

Les pages les plus visitées sont les brèves (43,6 % de la fréquentation), puis les informations concernant PRONOTE (26,4 % de la fréquentation). Le fort taux de rebond de la page PRONOTE (63,8 %) montre que les gens accèdent à leur espace privé pour y consulter leurs données personnelles.

< 3- Une remise à niveau s’appliquant à plusieurs domaines - Sommaire - Conclusion >

Notes

[1] D’après le même document, en 2007, les collèges français étaient équipés d’une moyenne de 8,8 ordinateurs par élèves

[2] Au collège Émile Zola, une analyse interne montre une diminution de 7,8 élèves par poste en septembre 2009 à 6,4 élèves par poste en septembre 2010

[3] Cette même analyse montre que 91 % des problèmes étaient résolus dans la journée et 6 % entraînaient l’intervention d’un prestataire extérieur (renouvellement de matériel)

[4] Depuis la rentrée 2010, six formations internes ont été organisées concernant PRONOTE, le site Internet de l’établissement et le matériel de vidéo projection

[5] Sur les 54 professeurs du collège, 6 se refusent à toute utilisation des TICE durant leurs cours, 11 professeurs déclarent ne plus pouvoir s’en passer

[6] Une étude de satisfaction des parents est en cours ; parmi les 237 réponses reçues au moment de la rédaction de cette note, 100 % des parents ayant accès à Internet considèrent que la mise en ligne de ces informations est un plus dans la scolarité de leurs enfants.

[7] Cette même étude montre que 7 % des élèves (soit 17 élèves sur la population de 237) n’ont pas accès à Internet à leur domicile.

[8] Exemples : http://www.educnet.education.fr/mat... ou http://mathematiques.ac-bordeaux.fr

[9] Exemple au collège Émile Zola : http://mathzola.wikispace.com

[10] Par rapport au nombre d’établissements ayant accès au réseau Internet

[11] Par rapport au nombre d’établissements proposant des informations de vie scolaire en ligne